Messages contradictoires quant aux mammifères marins

 

L’abondance et la condition des mammifères marins, à titre de prédateurs supérieurs, peuvent permettre de déterminer l’état des écosystèmes marins.

Comme l’indiquait déjà le Bilan de santé OSPAR (QSR 2010), dans l’ensemble les populations de phoque commun et de phoque gris sont stables ou en hausse dans la plupart des zones évaluées bien que certaines populations de phoque commun soient en déclin dans des régions spécifiques. Inversement, les populations côtières de grands dauphins ont subi un déclin au cours des XIX et XXème siècles et leur nombre est faible mais stable dans certaines zones au début du XXIème siècle.

On considère que les captures accessoires de phoques communs sont l’une des principales pressions anthropiques exercées sur cette espèce. Les estimations des taux de captures accessoires de phoques communs présentent cependant de hauts niveaux d’incertitude.

Les cétacés sont des espèces jouissant d’une longévité relativement grande et l’on doit disposer de longues séries temporelles à grande échelle pour pouvoir comprendre les tendances des populations de cétacés. OSPAR prévoit à l’avenir de conjuguer les évaluations des pressions (par exemple le bruit et les contaminants) et les impacts sur les mammifères marins.

Objectifs d'OSPAR

L’objectif stratégique d’OSPAR en ce qui concerne la biodiversité et les écosystèmes est de stopper et prévenir, en 2020 au plus tard, une perte supplémentaire de la biodiversité dans la zone maritime OSPAR, de protéger et de préserver les écosystèmes et de rétablir, lorsque cela est possible, les zones marines ayant subi des effets préjudiciables.

Descripteur de la DCSMM

D1: Diversité biologique